Volez.net : Apprenez rapidement et facilement à piloter un avion

La stabilité latérale

Phraséologie Anglaise

Vous voulez préparer l'examen d'anglais aeronautique ?

Recevez une documentation et un essai gratuit
de ce nouvel outil performant pour réviser vos connaissances
en phraséologie anglaise et même pour débuter à zéro.

:
:

Nous ne communiquerons jamais votre Email à un tiers

C'est la stabilité autour de l'axe de roulis. L'avion est stable autour de cet axe si tout mouvement accidentel de roulis est corrigé sans intervention du pilote.

Considérons une rotation accidentelle de roulis faisant passer l'avion de la position 1 à la position 2. (Fig. 6.9).


Fig 6.9 Freinage et arrêt du roulis

Fig 6.10 Effet redresseur de la glissade

Les vitesses verticales de l'aile descendante et de l'aile montante se composent avec la vitesse longitudinale de l'avion pour donner aux deux ailes des vitesses résultantes (vent relatif) de directions différentes. La portance de l'aile basse augmente et celle de l'aile haute diminue. Il en résulte un couple de sens opposé au couple perturbateur, qui freine et arrête la rotation. Une fois la rotation arrêtée les portances redeviennent égales sur les deux ailes et l'avion conserve cette nouvelle position ; sa stabilité latérale est indifférente.

Néanmoins, dans cette position inclinée, le poids reste vertical et sa composante parallèle au plan des ailes entraîne l'avion dans un déplacement latéral appelé "glissade" (Fig.6.10). L'attaque oblique qui en résulte augmente la portance de l'aile basse et diminue celle de l'aile haute. L'aile haute étant partiellement masquée par le fuselage, se trouve en effet moins bien ventilée que l'aile basse. Il en résulte un couple redresseur qui ramène les ailes à l'horizontale.

Le vent relatif résultant de la glissade peut contribuer à l'effet redresseur lorsque le centre de gravité des surfaces latérales est situé au-dessus du centre de gravité de l'avion ((Fig.6.11). Dans le cas inverse l'inclinaison pourrait s'accentuer.

L'effet redresseur est encore amélioré par le dièdre des ailes qui, en attaque oblique, donne à l'aile basse un angle d'incidence plus élevé que celui de l'aile haute (Fig. 6.12).